Améliorer les conditions sanitaires et économiques des jeunes filles et femmes vulnérables du Togo

Image

by Tsonyadzi Gadiel 16 Dec 2020 0 commentaires 211 Vues

Au Togo, en raison de la précarité des conditions de vie, de nombreux jeunes en particulier jeunes filles et femmes quittent les zones rurales pour s’installer dans la capitale à la recherche d’un travail rémunérateur. À Lomé, sans formation scolaire ni qualification professionnelle, il leur est difficile de trouver un travail pour subvenir à leurs besoins si bien que beaucoup d’entre elles fautes d’alternatives s’adonnent au travail de sexe. Elles vivent aussi dans des conditions d’hygiène très précaires et n’ont ni connaissances, ni informations sur la santé sexuelle de reproduction et les droits sexuels génésiques. C’est pour contribuer à résoudre ce problème de vulnérabilité que, l’Association « Petite sœur à Sœur (PSAS) » a initié le projet « Amélioration des conditions de vie des filles et des jeunes femmes vulnérables et leurs familles ». Le lancement dudit projet a été fait le mercredi 02 décembre à Lomé.

En quoi consiste le projet ?

L’objectif du projet est d’améliorer la situation sanitaire et économique des jeunes filles et femmes vulnérables et leurs familles à Lomé. Il s’agit d’améliorer leur hygiène de base, faire connaître les droits sexuels et reproductifs et faire découvrir d’autres activités génératrices de revenus aux jeunes filles et femmes des sites ciblés à Lomé pour une meilleure confiance en elles-mêmes pour bâtir un meilleur avenir. Le projet est financé par Action Medeor et le ministère Fédéral Allemand chargé de la coopération économique et du développement (BMZ) pour un montant global de 500 000 €, soit 328 233 134 francs CFA.

Le projet, qui va durer du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2023, sera mis en œuvre dans 6 quartiers cibles à Lomé : Agbadahonou, Texas (Tokoin Lycée), Katanga, Nyékonakpoè, Akodèsséwa et Béniglato.

A l’instar de ces quartiers de Lomé, quatre autres villes seront touchées par les activités de sensibilisation et les journées de réflexion. Il s’agit de : Atakpamé, Kpalimé, Sokodé et Vogan.

Le groupe cible direct du projet est constitué 150 jeunes travailleuses de sexe et de 50 de leurs partenaires réguliers, dont la tranche d'âge se situe entre 15 et 24 ans. Le groupe cible indirect comprend 60 enfants des jeunes travailleuses de sexe et 300 autres jeunes femmes et hommes qui résident aussi sur les sites prostitutionnels, mais n’exercent pas le travail de sexe. De plus, environ 800 000 personnes sur le territoire togolais seront touchées sur le sujet grâce aux relais des médias, aux campagnes publiques d’information et à la distribution des dépliants.

Pour la Directrice Exécutive de PSAS, Mme Ama Yao-Akototse, « le but de ce projet est, non seulement, de former et de faire acquérir à ces jeunes filles et femmes, des compétences en matière d'hygiène et d'aptitudes à la vie quotidienne, mais aussi de leur faire découvrir des activités génératrices de revenus autres que le travail du sexe. Les autorités politiques et traditionnelles doivent s'engager contre les réelles causes de la prostitution juvénile et donner aux jeunes davantage de perspectives d’avenir ».

La représentante du ministre de l’action sociale, Folly-Notsron Dédé Soké a précisé que « le projet constitue une composante de la protection sociale. C’est une priorité pour le gouvernement qui s’est donné pour objectif de protéger la population contre les vulnérabilités et les risques sociaux afin de promouvoir la cohésion sociale et l’égalité ».

Activités du projet 

Pour la mise en œuvre de projet, PSAS envisage entre autres la formation des jeunes filles et femmes, leurs partenaires en tant que groupes d'épargne et de crédit et aux compétences pratiques pour développer et mener des activités génératrices de revenus, l’organisation des causeries et entretiens individuels pour renforcer la cible en matière de compétences de vie courante. Il s’agit aussi d’effectuer une prise en charge psychologique personnelle pour le renforcement émotionnel et d’organiser une journée d’échanges avec des femmes et hommes leaders pour sensibiliser la cible sur les droits des femmes et sur l'égalité des genres.

L’association « Petite Sœur à Sœur » est une organisation non-gouvernementale créée en 2009, exerçant au Togo. Elle a pour but d’œuvrer pour le bien-être des enfants et des jeunes filles vulnérables au Togo.

Abel Ozih

Laissez un commentaire

Connectez-vous :




slider-image

Le nep nep : plus de plaisir sexuel dans le couple

12 Oct 2020

Le nep-nep est très prisé dans l’entretien de l’appareil génital de la femme et très efficace contre les démangeaisons vaginales et les pertes blanches anormales. C'est un véritable allié de la femme.

Gongoli : la plante qui booste l’orgasme féminin

19 Oct 2020

Le Gongoli stimule le désir, la frigidité, remédie à la sécheresse vaginale. Il aide à lubrifier naturellement le vagin pendant le rapport sexuel et donne une bonne odeur aux sécrétions vaginales.

Etendre la couverture vaccinale contre la Covid-19 au Togo

19 Apr 2021

Actuellement, la vaccination continue avec des équipes mobiles. Avec tous ces sites de vaccination, nous avons fait le point pour...

Hausse inquiétante des cas de Covid-19 au Togo

19 Apr 2021

Environ 160.000 Togolais ont déjà reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19. Néanmoins, les chiffres de la pandémie repartent à la hausse depuis quelques semaines.